mardi 10 novembre 2015

LISTE REYNIE EN TARN-ET-GARONNE : OU SONT LES MAIRES ?

DDM 8 novembre 2015
Selon Dominique Reynié, une liste forte est une liste comportant des maires, car "ce sont ces élus-là qui ont la confiance de la population". 

Pourtant, aucun premier magistrat ne figure dans sa liste de Tarn-et-Garonne ! Est-ce à dire que, selon les critères de M. Reynié lui-même, il s'agit d'une liste faible ? Bien sur.

Que s'est-il donc passé pour que M. Reynié n'applique pas ses propres principes de sélection à notre département ? Les électeurs d'ici n'ont donc pas besoin d'élus de confiance

On ne trouve en effet dans sa liste LR/UDI du Tarn-et-Garonne que cinq élus "exécutifs" sur neuf candidats ! Dont deux adjoints de Brigitte Barèges à la mairie de Montauban (sic), un adjoint de M. Henryot, maire de Moissac (son fils !), la première adjointe de Cazes-Mondenard ainsi qu'un adjoint au maire (de gauche) de Nègrepelisse ! Quelle représentativité de l'électeur de droite moyen ! 

Le dernier cité, M. Pierre Tourrel, présente la particularité de s'être encarté aux Républicains le 15 juin 2015, sur "demande de Thierry Deville", pour être en mesure de postuler devant le jury de présélection (élections régionales) de la Fédération LR82 le 19 juin 2015 ! Magnifique !

Passons rapidement sur le cas de M. Henryot fils, fier représentant de M. Henryot père, et constatons qu'il reste dans le cortège des "grands" élus de droite du département : 

  • Thierry Deville, conseiller régional sortant, âme damnée et adjoint de Brigitte Barèges, ex-patron des radicaux de gauche de Montauban, gérant ou administrateur de 13 sociétés (source : tribunal de commerce de Montauban). 
  • Marie-Claude Berly, secrétaire départementale de la fédération LR, adjointe de Brigitte Barèges, finalement juge et partie puisqu'elle s'est octroyée une place dans la liste alors qu'elle ne figurait pas dans les présélections départementales (qu'elle organisait)... 

Où sont donc les maires de droite et du centre ? 

Il y a 195 communes en Tarn-et-Garonne. Il devait bien s'y trouver quelques maires de droite volontaires pour l'aventure des régionales 2015. Pourtant aucun ne figure sur la liste Reynié. 

L'explication est simple : soit ils ont refusé in fine de participer à la liste Barèges/Deville : c'est le cas par exemple d'Alain Gabach, maire de Lamothe-Capdeville. 

Soit le grand jury de Mme Barèges a repoussé leurs candidatures. Ainsi de Jean-Louis Dupont, maire de Faudoas ou encore de Hugues Samain, maire de Labourgade, recalés par le bureau politique des Républicains 82, le premier pour des motifs encore mystérieux ; le second jugé "non convocable" pour l'audition de présélection...

Que le réservoir de maires de droite sonne aussi creux en Tarn-et-Garonne, c'est déjà un symptôme de la très mauvaise santé du parti Les Républicains dans le département, confirmée par les records midi-pyrénéens établis par le FN. Mais lorsque quelques courageux veulent bien faire flotter la bannière, ils sont repoussés sans ménagement et sous les motifs les plus indigents par les autorités montalbanaises (c'est sans doute pour ça qu'ils sont rares). 

Pour la grande masse des élus de droite et du centre (donc des électeurs), il n'est pas question de cautionner les frasques et les méthodes du duo Barèges/Deville, ni même d'être aperçus en leur présence. Les vaches ainsi sont bien gardées. 

M. Reynié connait-il l'existence de MM. Dupont et Samain ? Sans doute pas plus qu'il ne sait à l'heure actuelle qu'il n'y a aucun maire dans sa proposition électorale. On peut donc conclure de ce qui précède que Dominique Reynié a fait totale confiance à Thierry Deville et Brigitte Barèges pour "monter" sa liste. Funeste inconséquence ! Le FN (et M. Saurel) peuvent déjà sabrer le champagne !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire