mercredi 26 avril 2017

ZOOM SUR LE PREMIER TOUR 2017 EN TARN-ET-GARONNE


Participation régionales 2015 : 114 294 votants     
Participation présidentielles 2017 : 150 719 votants


1- RÉGRESSION INCONTESTABLE DU FN



  • Avec 39 183 électeurs, le Front arrive en tête certes mais il perd des voix (1704 au total) par rapport aux élections régionales 2015, son record absolu, alors que 36 425 électeurs de plus s'étaient déplacés cette année ! Le FN n'a donc pas su séduire un seul électeur nouveau de cette imposante masse supplémentaire ! Au contraire ! Il y a donc une nette rupture dans la progression, ce qui n'est pas une bonne nouvelle pour le FN, lequel se voyait et était attendu beaucoup plus haut dans notre département et surtout pas en recul. Le seul réservoir de voix important du FN en Tarn-et-Garonne se trouve dès lors chez les extrêmes gauchistes de Mélenchon...

NB : ceux qui persistent à nous écrire pour nous asséner que le FN progresse inexorablement en Tarn-et-Garonne sont des propagandistes (qu'ils soient du FN ou d'un parti de gauche) et non de simples et lucides observateurs.


2 - LES AUTRES

  • Macron, sorti politiquement de nulle part, fait 30 319 voix, prises pour beaucoup sur l'électorat socialiste "classique" et radical. 
  • Mélenchon fort de 27 841 bulletins "bolivariens" sera l'un des arbitres du second tour. Nul doute que certains bulletins qui ont manqué au Front se trouvent dans ce stock volumineux et retourneront à Marine Le Pen. Pour les autres, mystère et abstention...
  • Fillon, avec 25 992 voix, fait un peu mieux que son parti aux régionales 2015 (un score déjà famélique) : + 1182
  • Enfin Hamon le naufragé a reçu l'assistance de 8567 miséricordieux dans notre département. Inutile d'épiloguer.

3 - LA SUITE DES ÉVÉNEMENTS



Sauf accident, la majorité des voix de Hamon, Fillon et... Macron devraient se reporter sur Macron, ce qui sera (largement) suffisant pour lui assurer une victoire confortable en Tarn-et-Garonne. Le score du FN donnera le tempo pour les législatives mais les signes d'essoufflement sont déjà là, dans le tracé de l'électrocardiogramme. Les Républicains, qui pouvaient espérer tirer leur épingle du jeu à la faveur de l'écroulement du PS, ont grand souci à se faire en juin prochain, car Sylvia Pinel (sans doute) et (peut-être) Pierre Mardegan porteront les couleurs du nouveau président de la République...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire