vendredi 27 avril 2018

FN82 : LES LOPEZERIES DU MOIS (avril 2018)


Afin de démontrer urbi et orbi que tout va pour le mieux entre les deux co-patrons du FN82, Romain Lopez et Thierry Viallon se sont précipités main dans la main à Radio Asso 82, quelques jours après une indiscrétion de la Dépêche du Midi relatant une violente dispute lors d'une réunion du bureau politique. Selon eux, la Dépêche du Midi a inventé cet épisode de toutes pièces pour nuire à la réputation du FN82 (sic). La preuve que cette rixe verbale n'a pas eu lieu en avril 2018 ? Mais Lopez et Viallon sont formels : ils se sont rendus ensemble au congrès de Lille ! en mars !  



LES SOURCES DU MAL 

Comme toujours, le discours de Lopez est constellé de contradictions aussi discrètes que des buildings staliniens. Après s'être plaint amèrement de ce journalisme indigne et "sans aucune source", Romain Lopez explique à l'animateur la raison principale (selon lui) de sa défaite à l'élection législative, en commençant par ces mots : "Je vous tairai mes sources "...


SCOOP : DEBOUT LA FRANCE NE VOTE PAS PRG

Selon Romain Lopez, la victoire de Sylvia Pinel n'a d'ailleurs tenu qu'à un fil puisque Jean-Michel Baylet, malgré son "artillerie lourde" et de mystérieuses "subventions" reçues par "certains maires" entre "les deux tours de la législative" (resic), n'a pas réussi à dresser contre lui un "front républicain". Et de jeter : "Debout la France n'a pas appelé à voter Mme Pinel !". Avouant ainsi (à l'insu de lui-même) qu'il n'a pas obtenu le soutien des amis de Dupont-Aignant. Evidemment, si Lopez, ardent propagandiste de l'union des droites, avait dit : "Debout la France, allié enthousiaste et officiel du FN, n'a pas appelé à voter pour moi, candidat du FN parce que j'ai une réputation sulfureuse", cela aurait eu une autre gueule ! Une gueule un peu cassée certes mais la gueule de la vérité assurément... 


CONGRES FN : UNE DEFAITE HONORABLE DE PLUS... 

Après avoir clamé partout que le FN était le premier parti du Tarn-et-Garonne et avait réalisé les meilleurs résultats de la région, voilà que M. Lopez, foudroyé par la modestie, nous murmure à l'oreille que, s'il n'a pas été élu au Conseil national du Front, c'est parce que le département est une "petite" fédération et que les militants ont privilégié les "grosses", ainsi que les "vedettes" du parti. On découvre pourtant parmi les 120 nouveaux conseillers d'illustres inconnus élus dans des contrées improbables. Et eux n'ont jamais eu l'insigne honneur de faire chauffer la carte bleue de Marion Maréchal-Le Pen (vidéo ici à 21:32) ni de voir débouler la star blonde au fond de leur campagne...

2020 : "UNE GARNISON D’ ÉLUS PATRIOTES"

Concernant le futur électoral, Lopez sonne la charge : "Nous aurons des élus en 2020 qui constitueront la garnison d'élus patriotes". Diantre, une garnison d'élus ! Que voilà une perspective rafraîchissante, bucolique mariage de l'isoloir et de la botte cloutée. Parmi les villes où M. Lopez compte édifier ses casernements représentatifs, Beaumont-de-Lomagne est la cible prioritaire : "Nous envisageons une alternative FN à Beaumont-de-Lomagne". Par bombardement électoral ou siège du bourg ? 

OUVERTURE A DROITE 

Entendre Romain Lopez et Thierry Viallon, tous deux employés du Front et de fait intraitables douaniers du parti gagne-pain (ils viennent de suspendre un énième transfuge de la droite LR non sans avoir largement usé de ses "services") appeler à l'ouverture du FN, c'est à peu près aussi convaincant qu'une lionne implorant d'allaiter un bébé gazelle.

CHASSEZ LE NATUREL

Enfin, Romain Lopez, qui ne parvient pas à dompter ses démons, tire le bouquet final : en expert, il inflige une leçon cinglante aux étudiants "bloqueurs" de Toulouse, auteurs -selon lui- de tags antisémites et pro-palestiniens : "des choses qui n'ont rien à voir avec la vie des universités". Un tag antisémite, ça peut s'entendre mais faut pas le mettre n'importe où, les gars ! Faut pas saloper les murs ! C'est sérieux, m'enfin ! 

Eh oui.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire