mercredi 17 janvier 2018

DOMINIQUE SARDEING-RODRIGUEZ ET LA GUERRE DES EOLIENNES

La guerre des éoliennes fait rage à Montech, ce n'est plus un secret pour qui lit la presse départementale. Après les virulentes sorties médiatiques de Valérie Rabassa (ex-maire de Montech) et Eric Lagrange (PLD), la création d'un collectif opposé à l'implantation des hélices géantes, le maire de la commune voisine Monbéqui vient de se prononcer contre le projet et précise : "j'interdirai dans le cadre de mes pouvoirs de police tous passages d'engins de chantier sur des voies communales longeant des habitations" ! 

Une montée en puissance du camp anti. Il faut dire que depuis que le Collectif a signalé la présence d'élus parmi les heureux bénéficiaires d'un contrat de bail de la société éolienne Valorem, un lourd silence est de mise chez les partisans du projet. 

Qui en face pour défendre le projet d'implantation voté majoritairement par les élus de Montech, Montbartier et Finhan ? Eh bien, comme souvent dans ce périmètre, c'est Mme Sardeing-Rodriguez qui s'y colle, via les réseaux sociaux. 

Elle nous apprend par exemple que le maire de Montbartier a renouvelé dans ses vœux 2018 son soutien au projet éolien alors même que celui de Monbéqui manifestait son opposition :


En toute décontraction, elle somme les opposants de ne pas "se servir" des éoliennes pour faire... de la politique ou polémiquer. 

Mme Sardeing-Rodriguez est merveilleusement placée pour donner des leçons de neutralité citoyenne. Employée de la municipalité socialiste de Montech, elle a succédé à son ami socialiste Moignard au Conseil général (aujourd'hui départemental) où elle occupe depuis les fonctions de présidente du groupe socialisteComme il lui restait du temps à tuer, Dominique Sardeing-Rodriguez a accepté de devenir, il y a quelques semaines, collaboratrice parlementaire de la députée socialiste Valérie Rabault. 

Si quelqu'un fait (et vit) de la politique dans le canton, c'est bien Mme Sardeing-Rodriguez ! Elle n'est donc que faiblement crédible lorsqu'elle se pose en arbitre des élégances : ce sont ses amis politiques, les mêmes qui l'ont unanimement soutenue aux dernières élections départementales, qui ont voté des deux mains le projet d'implantation de la zone industrielle éolienne. 

Respecter les habitants ? Mais personne n'a entendu Mme la Conseillère Sardeing-Rodriguez lorsque son vieux complice Moignard, président de la Communauté de communes Garonne-et-Canal et maire de Montech, ci-devant initiateur en chef du projet éolien Garonne-et-Canal, déclarait cyniquement dans la presse qu'il n'était au courant de rien et que de fait, il était inutile d'en parler aux... citoyens.   

Elue de la République, qu'attendait-elle, ces 4 dernières années, pour "respecter les habitants" en convoquant des débats publics sereins et "citoyens", au lieu d'appeler au calme une fois les bulldozers aux portes des bourgs ?    

Mme Sardeing-Rodriguez a eu tout le temps nécessaire pour prouver qu'elle se souciait du sort des habitants de son ressort et prévenir divisions et colères. C'était même son devoir... 

Aujourd'hui, la décence nécessite de les laisser s'exprimer...   

5 commentaires:

  1. Un devoir même ! Vous avez le choix : soit ici dans les commentaires, soit sur une page à l'instar de l'article. Tout ce que vous écrirez sera publié bien sur.

    RépondreSupprimer
  2. je pourrai commencer par expliquer que "je ne vis pas de la politique", je vivais avant et je vivrais après bien heureusement. Je suis fonctionnaire, titulaire du concours d'attachée territorial qui permet donc de travailler dans des collectivités locales.J'ai également un mandat de conseillère départementale avec une indemnité de 1 300 euros par mois (certains vivent avec moins j'en conviens aisément)...Concernant mon mandat d'élu, j'ai effectivement succédé à Jacques Moignard qui touché par le cumul des mandats (député maire conseiller départemental) a choisi de laisser ce dernier à la remplaçante que j'étais. J'ai ensuite été élue directement par les habitants du canton de Montech en binome avec Michel Weill.Quant au projet éolien il est porté par Valorem à sa seule initiative. C'est d'ailleurs ce qui me gène dans le dossier d'enquête publique que je vous invite à lire (volumineux) c'est qu'il est dit que c'est en accord avec les élus...les conseils municipaux n'ont été sollicités que pour un avis sur une étude de vent...ce qui est loin d'être un accord sur le projet. Quant au projet lui même je maintiens que chacun peut se faire son opinion et je les respecte toutes au risque de donner des leçons de neutralité citoyenne...j'écoute tous les élus, tous les habitants que je croise, je lis beaucoup et me forge ainsi une opinion. La politique ne permet pas tout et ce n'est pas à moi d'organiser une réunion publique..de quel droit ? il existe une réglementation, Monsieur le Préfet l'applique et chacun à ce jour peut donner son avis par le biai de l'enquête publique. Je vous y encourage ...Quant à mon avis ...quoique je dise vous le déformerez. J'attends de voir si ma réponse sera publiée

    RépondreSupprimer
  3. Votre réponse est publiée, comme il se doit. Et toutes vos réponses seront publiées in extenso. Si vous souhaitez faire une déclaration dans les colonnes du blog, elles vous sont ouvertes. Maintenant nous allons commenter votre réponse. Il y a beaucoup à dire...

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour,
    les élus l'ont été démocratiquement, justement pour avoir une vision de long terme. Et pour le long terme, je préfère les éoliennes au nucléaire !
    D'ailleurs ce serait bien que vous vous renseigniez mieux sur cette énergie au lieu d'écrire des billevesées. Vous avez le droit d'être contre mais vous avez le devoir de vérifier l'information que vous donnez surtout que vous prétendez décrire ce type d'installation.
    Bébert

    RépondreSupprimer